Juin 2021

Tu auras une patrie, mon garçon !

Et elle sera à toi… !

Si tu gardes dans ton cœur

la lumière de Carabobo

et la foudre de Bolivar !

César Rengifo, « Cet épi semé à Carabobo ».

Le 24 juin 1821 a eu lieu la bataille la plus importante de la guerre d’indépendance vénézuélienne. À Carabobo, l’armée des patriotes commandée par Simon Bolivar remporte une victoire décisive sur les troupes royalistes de Miguel de la Torre.

La lutte pour l’indépendance avait commencé plus de dix ans auparavant, avec la Révolution du 19 avril 1810 et la Déclaration d’indépendance du 5 mai 1811, mais la route sera tout sauf facile. De dures batailles, des avancées et des revers ont exigé de grands sacrifices de la part des forces indépendantistes.

Peu à peu, dans la pratique et la vision de Bolívar se forme l’idée d’une « véritable » indépendance. Au-delà du remplacement de la couronne par une élite créole, un projet véritablement émancipateur dont le principal acteur serait le peuple : les pauvres, les indigènes, les noirs et les métis.

La victoire de Carabobo a été suivie par la libération de Caracas et, peu après, par l’indépendance effective du Venezuela. Mais l’armée libératrice a continué à avancer vers la Nouvelle-Grenade et le Pérou, conquérant l’indépendance de six pays actuels : le Venezuela, la Colombie, l’Équateur, le Pérou, la Bolivie et le Panama.

D’autre part, la geste libératrice, l’exploit d’affronter et de vaincre l’empire le plus puissant de l’époque, a fait du bolivarisme une référence pour les mouvements révolutionnaires du continent dans les temps qui ont suivi.

Téléchargez ici la version à imprimer et utilisez-la comme calendrier mural ou fond d’écran.

Rédaction: Ricardo Vaz. Illustration: Kael Abello

Comparte

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.